11 décembre 2018 ~ 0 Commentaire

Gilets jaunes, symptôme de notre temps

« Gilets jaunes » que de bruit… pourquoi ?

Émeute ou insurrection ?

«Quelquefois le peuple se fausse fidélité à lui-même. La foule est traître au peuple. [...] Il y a des rages folles, il y a des cloches fêlées; tous les tocsins ne sonnent pas le son du bronze. Le branle des passions et des ignorances est autre que la secousse du progrès. Levez-vous, soit, mais pour grandir. Montrez-moi de quel côté vous allez. Il n’y a d’insurrection qu’en avant. Toute autre levée est mauvaise. Tout pas violent en arrière est émeute; reculer est une voie de fait contre le genre humain. L’insurrection est l’accès de fureur de la vérité; les pavés que l’insurrection remue jettent l’étincelle du droit. Ces pavés ne laissent à l’émeute que leur boue.» les misérables

Les gilets sont leur propre mouvement, sans « pensée directrice », « tout, tout de suite », un collectif qui ne tient que par la force des choses, mais qui n’est qu’une sommes individualismes et de méfiance. Un vrai branle des passions (et je pense aussi des ignorances…), nous n’avons pas affaire à une insurrection tel que décrit par Victor Hugo, mais bien d’une émeute. On voit à quel point la raison ne fait plus parti de la politique, et les politiques ne s’en offusquent pas… Ils tentent même de naviguer dessus alors même que c’est principalement l’opposition qui n’est pas respecté et reconnu comme tel.

Gilets jaunes, symptôme de notre temps dans News citation-alina-reyes-17668

Rendez-vous compte des colères ? D’une irrationalité sans pareil, irréconciliables même entrent-elles, prêt à tout et en même temps à rien ?
Ces colères, ne peuvent être comprise (à mon humble avis), la grille de lecture est multiple et complexe… S’imaginer la comprendre est déjà une erreur intellectuelle.
On peut voir, comprendre qu’il y en a, certes, mais plus, c’est déjà se trompé. Et tous ceux qui me l’on expliquer sont juste lamentablement retourné à leurs propres convictions indépendantes de la masse et absolument personnelle, très loin de l’immensité et la disparité des idéologies existantes.

Je vous invite à dire que tous les politiques se trompent en décrivant ce mouvement, en voulant lui donner le sens qui leur sert le plus. (De JLM à Marine le Pen, en passant par Trump…)
Ne faisant pas mieux que les militants eux-mêmes soit dit en passant.
Le gouvernement est impuissant parce que ces gens parlent de voix multiples et sans forcément de volonté républicaine. (De dialogue par exemple)
Et d’ailleurs toutes actions est soit pas suffisante, soit de la pure communication. (Je trouve ça honteux d’obtenir gain (aussi petit soit ce gain) de cause en foutant le bordel, mais ça c’est une question de forme, pas de fond)

Non, ici, nous sommes bien dans une aire de gourou sur un constat simple :

-          Les gens ne vont pas très bien.

-          Les gens sont en manque de repère

-          Ce mal être donne une base pour des gens qui disent : « Voilà la cause de votre malheur ! », et « voilà la solution »

Et voilà comment meure la république… Quand chaque groupe se comporte comme une secte… Que le dialogue n’est pas possible. Et que les idées laissent place à l’émotion (et à la communication), mais aussi au « je m’en foutisme » qui de pair avec la colère, n’apporte rien.

Et c’est là que cela devient drôle, c’est quand les acteurs, ces gens qui sont chacun issu de différentes sectes, se réunissent pour dire, « voilà la cause de notre malheur », « voilà la solution », qui est comme toujours « autre »
Et j’en profite pour faire un peu de pub, en citant Lee : « Haïssez le jeu. Pas les joueurs. »
La solution n’est pourtant aucun des gourous, mais ce gilet qui ne représente rien si ce n’est l’opposition… C’est bien l’échec de la politique dans ce qu’elle a de plus simple, l’échec d’une politique d’opposition. Et dans la recherche d’alternative, les USA ont, eux, trouvé Trump comme alternative au système jugé défaillant, nous un gilet ? 2 solutions qui n’en sont pas à mon humble avis.
Je ne voulais pas faire de proposition dans cette article, mais si on essayait de changer un peu le jeu pour commencer plutôt que d’attendre des propositions sur le pouvoir des chats et sur une démission fantasmée ? (Système de vote, système de parti… etc)

Alors je vous invite tous à sortir de votre secte (qu’elle soit pseudo-politique ou pseudo-jaune fluo), essayant de récupérer les Gilets à votre cause, et à commencer à vous demander l’intérêt pour la France, mais aussi pour vous-même, d’adhérer et de soutenir la vôtre (De secte)

Karl Marx : « La religion est le soupir de la créature opprimée, l’âme d’un monde sans coeur, comme elle est l’esprit des conditions sociales d’ou l’esprit est exclu. Elle est l’opium du peuple »
Les causes politiques font de très bonne religion de substitution si on y prête pas attention…

Malgré tout, Il faut lâcher ce gilet, qui n’inclue absolument pas l’esprit à l’équation… Il faut caillasser les récupérations politiques, les mensonges, mais aussi, il faut refaire de la politique ! (Et ce n’est pas par le biais de la rue et surement pas en attisant les tensions…)
Retrouver des idées, galvaniser la foule dans ce qu’elle a d’intelligence et non de ce qu’elle a d’émotion. Et je pense qu’on a tous un vieux rêve républicain qui chante au fond de nous…
« Ce que le suffrage universel a fait dans sa liberté et dans sa souveraineté, ne peut être défait par la rue. »
Nous avons besoin de retrouver un suffrage libre et souverain. Ce qui n’est plus le cas.
Car si on en est là, c’est bien sûr en parti du à l’éducation (sur les valeurs de la république mais aussi sur les valeurs humaines), c’est bien sûr dû au fait que notre modèle se base sur l’économie (qui ne fait pas le bonheur) et non sur l’humain, et sur un millier d’autres critères, dont le manque de liens sociaux (« L’isolement conduit aussi à la précarité. ces deux dynamiques s’auto-entretiennent. d’ailleurs il ne faut jamais oublier que la pauvreté ne doit pas être uniquement envisagée sur le plan monétaire : l’absence de lien social la définit autant que l’argent »), mais j’aimerais rappeler, que l’appel à l’émotion, les appels multiples à base de mensonge, de communication… C’est avant tout les politiques et ceux qui les soutiennent (« le peuple ») qui les ont mis en place.
Et c’est le peuple (démocratique) qui s’est laissé manipuler par tout ça. (Acteurs de partis, Militants, électeurs, abstentionniste)
Et si on en est là, c’est aussi et surtout à cause de tout cela, dont les militants aveugles de leur foi, dont ceux qui ont votés comme des moutons, dont ceux qui n’ont pas voté (sans conviction) ou n’en ont rien à faire des élections, dont ceux qui sont toujours contre tout, C’est à nous tous que je veux parler, à notre honte à tous, c’est cela que l’on voit dehors en jaune.
Comment faites-vous pour ne pas avoir honte de vous ? Moi, j’ai honte de moi en tant que faisant parti du peuple, et de nous tous en tant que tel. (Mais j’avais honte avant les gilets jaunes, je vous rassure… Tout cela n’est qu’un symptôme à mes yeux.)

pds8_-_gandhi_6 dans Philosophie

Je trouve l’émeute des gilets tristes, mais peut-être certains ouvriront les yeux sur la politique ? (Je fais le gourou anti-gourou, et ceux à qui ça plait pas, je vous emmerde)
Ce qui en fait de la merde (aka « la politique tous des pourris »)… C’est les électeurs, c’est les partisans, c’est les gilets jaunes. Renverser le gouvernement n’améliorerait absolument pas les causes du problème, la principale cause de nos problèmes, c’est nous.

Et je suis fatigué, patron…

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Estrelladelaesperanza |
ATE CLPS |
Nosavisentantquetesteusesde... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Crmtap
| Infodentger
| pubtapmap